top of page

Notre manière d'accompagner les entreprises

Quand on envisage l'équicoaching avec les entreprises ou l'accompagnement des managers et des équipes avec les chevaux, une série d'images et d'à prioris surgissent _ et à raison _ parce que c'est aussi de cette manière que les choses peuvent se pratiquer: un rond de longe, des managers, un accompagnement de teambuilding le temps d'une mise au vert généralement assez soft _ pour les humains en tout cas. Tout le monde en sort content parce que le cheval a bougé, que l'équipe s'est mobilisée une après-midi loin du bureau, que le chef a encore plus joué au chef (ou qu'il-elle s'est ramassé-e devant son équipe dans une version plus trash), que le leadership serait une compétence propre à la vie pro et se serait révélé grâce à un exercice imposé à un cheval en solo. Autant le dire tout de suite, not my cup of tea (at all!).




Pourquoi?


Parce que cela me semble aussi oppressant que fake (le vécu du cheval en pareilles circonstances pourrait constituer à cet égard une intéressante métaphore); comme un renforcement de la croyance que la vie pro est un genre de truc autonome, pénible et déconnecté de qui nous sommes, une continuité, une mise en scène de ce qui peut être contenu dans les non-dits d'une entreprise, d'une équipe et dans n'importe quel groupe social que l'on fréquente en étant à côté de nos pompes ou parce qu'on y est forcé: le faux-self et la stratégie vs. le soi authentique et la spontanéité.


Ce qui a fondé mon élan vers l'équicoaching, c'est une recherche de vérité, de cohérence, de bien-être dans un questionnement sur mon propre leadership quand, dans une autre vie, je prenais la tête d'une équipe et que je décidai de me remettre à l'équitation au même moment. Les chevaux pour moi, c'était un genre de point d'ancrage, un souvenir impérissable de la certitude qu'auprès d'eux, tout moment serait merveilleux. Autant dire une deuxième chose à ce stade: ok, mais certainement pas quand on s'est éloigné de soi. Et généralement au travail, on a légèrement tendance à s'éloigner de son soi authentique.... J'aurais pu tourner les talons et me dire que je n'étais plus une ado, que la "vraie" vie était nécessairement plus amère, que j'avais grandi, ... mais heureusement, je détecte assez vite quand je me raconte des histoires et j'avais senti que si je n'allais pas plus loin que cela, je ferais preuve de lâcheté envers moi-même.


Ce qui m'a permis d'expérimenter dans mes cellules (pas juste dans ma tête) une prise de conscience sur qui je suis et donc quel leader je suis, est un rapport non contraint au cheval et le courage d'écouter et de questionner ce qui ne se dit pas. Bien loin d'être un concept fleur bleue, être soi et aligné requiert du courage. Accompagner les personnes, les entreprises, les équipes dans cette démarche et se positionner comme telle en tant que coach d'entreprise, également.





Nous travaillons donc nous aussi avec les entreprises, les organisations, les indépendants. Quelques mots sur notre vision et notre manière de procéder quand nous travaillons avec les chevaux.


Première chose importante, nous œuvrons pour le bien-être et la génération de sens pour tous. Pas pour renforcer des modèles de management, ni pour renforcer des relations de travail déséquilibrées. Il n'y a pas d'évolution, ni de sens, en l'absence de liberté et nos chevaux sont eux aussi libres.


Deuxième chose essentielle, nous travaillons exclusivement en systémique et en constellations systémiques organisationnelles avec des chevaux en troupeau. Nous allons, tout comme le faisons dans le cadre des accompagnements individuels, consteller votre projet organisationnel, votre équipe, vos croyances, vos enjeux. Les chevaux travaillent en tant que co-facilitateurs et libres de venir ou non à votre rencontre. Ensemble, nous vous proposons un travail en profondeur sur ce qui n'est pas dit mais qui se sent, ce qui sera révélé comme un moteur ou un frein à vos projets.


Troisième point, co-faciliter avec les chevaux en systémique organisationnelle est d'une justesse et d'une fulgurance que peu d'accompagnements peuvent offrir. Cela permet de rééquilibrer les rapports, et d'offrir aux personnes une possibilité de se reconnecter à qui elles sont vraiment, à leurs talents véritables, leurs parts d'ombre, y compris dans un contexte professionnel et/ou de leur donner une nouvelle clé de compréhension et de pont entre ce qui se passe dans leur organisation et leur vie privée sans l'étaler toutefois face au groupe.


Enfin, je vous partage une question qui m'est un jour parvenue de la part d'une business coach. Ne serait-ce pas un peu trop "ésotérique" tout cela quand on parle de boulot? Et bien non, absolument pas. Au sens étymologique du terme, l'ésotérisme est une invitation à "aller vers l'intérieur", aller au fond des choses, à être initié à un élargissement de la perception. Ne pas l'autoriser dans l'accompagnement de la sphère professionnelle reviendrait donc à admettre que celle-ci soit artificielle, limitée et même dépourvue de sens. Et je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais moi je ne marche plus là-dedans. Etre coach ne peut signifier s'instituer en contremaître de l'absurde.



Plus d'info sur notre page dédiée au fait d'entreprendre où vous pourrez retrouver nos formules d'accompagnement, demander une offre sur mesure ou découvrir nos offres de formations en systémique organisationnelle lorsqu'elles sont organisées.



bottom of page