top of page

Vous avez dit de ... l’ “équi-coaching” ?


Etre consultante et coach m’amène très régulièrement à rencontrer des acteurs variés; de potentiels clients, d’éventuelles structures partenaires, …


Alors que l’on discute parcours, expérience, motivation, arrive forcément et nécessairement l'équi-coaching et, avec lui, comment vous dire… un lot de confusions, de peurs, de souvenirs, …


Je vois de tout, j'ouvre parfois de grands yeux, et cela m’a donné l’envie d’écrire un article décontracté sur les "perles" rencontrées. Mon but étant évidemment de dégonfler ceci avec humour et de créer des ponts; parce que travailler de cette manière avec les chevaux fait évoluer les personnnes, les pratiques managériales et, au sein des entreprises, tendent vers d’avantage d’épanouissement, de sens, d’efficacité et de cohésion.


Voici une petite sélection de confusions que je rencontre le plus généralement quand je parle de moi et de mes activités.


1. On monte à cheval et il faut avoir de l’expérience avec les chevaux ...

Faux! On ne monte pas à cheval. L’équi-coaching est un accompagnement relationnel de l’humain qui se fait exclusivement à pied. Et, dans ce travail à pied, rien n’est équestre. Celles et ceux qui pratiquent des accompagnements en rond de longe et dans la contrainte ne font pas de l'équi-coaching, mais une forme de travail équestre superficiel dans le développement d'un leadership authentique.


2. C'est fun et moins "sérieux" que du "vrai" coaching

Faux! On y déploie des outils de coaching « classiques » qui vont être décuplés par la présence d’un cheval. Pourquoi le cheval et pourquoi décuplés? Prenez un instant toute la mesure du fait que notre communication est essentiellement non verbale et que le cheval, animal de proie, nous sonde et réagit dans l'instant à qui nous sommes vraiment ... Quelle mine d'informations et de piste de travail en situation et en miroir s'offrirait alors à vous sans aucun filtre social, personnel, ni d’attente.


3. Parlez d’équi-coaching et …  le cheval – pire, l’image d’un cavalier – deviendra l’éléphant dans la pièce

Et oui, vous  pouvez proposer des services en bureau, avoir d’autres diplômes et expérience, quand le terme équi-coaching entre en scène, on ne se focalise plus que sur lui. Tant mieux me direz-vous! Oui et non, car en général ce n’est pas positif. Vos interlocuteurs les plus assertifs vous diront au bout de dix minutes qu’ils ne montent pas à cheval ou, au contraire, qu’ils connaissent suffisamment bien les chevaux et que donc ils n’ont plus rien à apprendre à leur sujet….

Les plus réservés vous écouterons poliment  pour vous avouer en fin d’entretien qu’ils ne montent pas à cheval, mais qu’ils ont bien un ou une ado qui adore les chevaux et qui serait ravi(e) de tester …. (couplez ce point 2 au point 1 et vous commencerez à serrer les mâchoires).


4. L’équi-coaching oui, parce qu’on a toujours aimé les chevaux !

Il ne s’agit pas de se tromper de processus d’accompagnement.  Les chevaux travaillent de concert avec un coach pour révéler et améliorer des choses profondément ancrées chez une personne ou au sein d’un groupe.

Quand on va à leur rencontre en séance d’équi-coaching, ce n’est donc pas pour leur faire des gratouilles ni pour les câliner, mais pour travailler sur soi. Ce qui signifie aussi de pouvoir  sortir de sa zone de confort.


5. Si je propose ça, on va me prendre pour un fou, un rigolo, …

L’équi-coaching est une forme d’accompagnement très complet qui repose sur des bases solides et dans le cadre duquel on a une possibilité d’amélioration immédiate. Essayez de faire collaborer une équipe ou de vous positionner pour être en connexion, voire pour faire avancer un être de 500 kg sans contrainte, vous verrez alors comment travailler réellement votre leadership et votre cohésion. Et le déclic que vous aurez ce jour-là, les ressources qui vous aurez mobilisées, resteront durablement.


6. J’aime beaucoup ce que vous proposez, votre positionnement, mais j'ai déjà un équi-coach dans mes contacts ...

Il n’y a pas un équi-coach mais des équi-coachs. Quand vous vendez des services de consulting ou de coaching à un client, vous ne mettez pas d’office le même coach sur l’ensemble de vos dossiers… Vous diversifiez et vous essayez de faire correspondre au maximum les compétences de votre réseau aux besoins de votre client. Il ne peut en être autrement pour les équi-coachs. Ce sont plusieurs backgrounds de base auxquels se greffe une formation d’équi-coaching (et il en existe plusieurs!) en plus des expériences de vie de chaque équi-coach. Vous trouverez ainsi des psychologues, des coachs, des consultants RH (mais pas que), des éducateurs spécialisés, des marketeurs, des kinés ….


7. C’est de l’hippothérapie, c’est ça?

Alors oui, l'équi-coaching peut comporter des aspects thérapeutiques. Cependant, ce n’est pas de l’hippothérapie au sens où l'entend généralement en Belgique du moins. L'hippothérapie s’adresse, en effet, généralement à un public spécialisé et se pratique à cheval. L’équi-coaching est du coaching et est donc un processus de changement qui regarde vers le présent et l’avenir. Il va de surcroît le faire avec un haut degré de congruence grâce au cheval et à sa manière de nous réfléter dans notre entièreté.  Et comme le changement concerne tout le monde et en permanence, c’est ouvert à tous et ce, peu importe le travail que vous avez déjà ou pas entamé sur vous-même.


8. Notre croyance quand on travaille avec les entreprises est qu'il ne faut pas aborder le personnel ni le spirituel (non religieux), nous on se centre sur le leadership, la "work attitude" ...

Last but least, voici une erreur de coachs ou de consultants quasi de débutant. Quand on travaille la question du leadership, il est surtout question d'authenticité et donc toute distinction entre notre manière d'être au travail et dans le privé devient obsolète. Accompagner quelqu'un sur le chemin de son leadership authentique et de sa capacité à inspirer, revient bien souvent à explorer avec lui ou avec elle certaines blessures et zones d'mobre qui ne demandent qu'à être transmutées. Flatter les égos ou passer de la pommade aux dirigeants en raison de leur position sociale est une perte de temps et ne rend hommage à personne, ni à nos valeurs collectives.


Diana

bottom of page